La Torah, le Zabur et l’Injil ne sont ni corrompus ni falsifiés

les textes bibliques sont-ils corrompus ?

   C’est un éternel débat qui ne risque pas de se terminer aujourd’hui avec cet article, néanmoins, en tant que disciples de Issa, il est de notre devoir de dire et redire à qui veut bien l’entendre que la Torah, le Zabur et l’Injil ne sont ni falsifiés ni corrompus. Cette accusation facile et enseignée dès le plus jeune âge aux jeunes musulmans est une accusation grave et blasphématoire. Elle est d’autant plus étonnante qu’aucun texte du Coran n’affirme cela. Au contraire, le Coran est très positif à l’égard des textes bibliques.

Dieu n’est-il pas tout-puissant ?

   Dire que la Torah, le Zabur et l’Injil sont corrompus remet en question la Puissance même de Dieu. C’est comme si Dieu n’était pas capable de protéger sa Parole.

« Et la parole de ton Seigneur s’est accomplie en toute vérité et équité. Nul ne peut modifier Ses paroles. Il est l’Audient, l’Omniscient. » Sourate Al-Anam 6 : 115

   Si tu penses que Allah protège le Coran et que ses versets ne pourront jamais être corrompus, pourquoi penses-tu différemment à propos des premiers livres que Allah a donné ?

Que dit le Coran à propos de la Torah, du Zabur et de l’Injil ?

   On ne te l’a peut-être jamais dit ou enseigné, mais le Coran regorge de textes qui mentionnent de manière très positive la Torah, le Zabur et l’Injil. En voici quelques-uns :

« Nous avons fait descendre la Torah dans laquelle il y a guide et lumière. »

Sourate Al-Maidah 5 : 44

« Et Nous avons envoyé après eux Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Torah avant lui. Et Nous lui avons donné l’Evangile, où il y a guide et lumière, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Torah avant lui, et un guide et une exhortation pour les pieux. »

Sourate Al-Maidah 5 : 46

« Ô gens du Livre, vous ne tenez sur rien, tant que vous ne vous conformez pas à la Torah et à l’Evangile et à ce qui vous a été descendu de la part de votre Seigneur. »

Sourate Al-Maidah 5 : 68

« Et parmi les prophètes, Nous avons donné à certains plus de faveurs qu’à d’autres. Et à David Nous avons donné le Zabur. »

Sourate Al-Isra 17 : 55

« … Nous avons certes écrit dans le Zabur, après l’avoir mentionné (dans le Livre céleste), que la terre sera héritée par Mes bons serviteurs. »

Sourate Al-Anbiya 21.105

« Et si tu es en doute sur ce que Nous avons fait descendre vers toi, interroge alors ceux qui lisent le Livre révélé avant toi. La vérité certes, t’est venue de ton Seigneur : ne sois donc point de ceux qui doutent. »

Sourate Yunus 10 : 94

« Certes, des messagers avant toi (Muhammad) ont été traités de menteurs. Ils endurèrent alors avec constance d’être traités de menteurs et d’être persécutés, jusqu’à ce que Notre secours leur vînt. Et nul ne peut changer les paroles d’Allah, et il t’est déjà parvenu une partie de l’histoire des Envoyés. »

Sourate Al-Anam 6 : 34

   Le Coran mentionne la Torah, le Zabur et l’Injil pour dire qu’ils sont dignes de confiance. Il y a même, dans la sourate 21.105  une promesse faisant référence à ce qui est écrit dans le Zabur (Psaumes). Si on agit par déduction, dire que la Torah, le Zabur ou l’Injil sont corrompus implique que le Coran lui-même est corrompu puisqu’il fait référence à des textes  eux-mêmes corrompus.

   On le voit bien dans les textes ci-dessus. Ils indiquent que quand Mohamed a reçu sa révélation, la Torah, le Zabur et l’Injil étaient dignes de confiance puisque Allah dit lui-même à Mohamed « d’interroger ceux qui lisent le Livre révélé avant (lui) » s’il est en doute.

   Quand auraient-ils été falsifiés alors ? Après ? Hum…

Textes coraniques utilisés pour parler de la falsification des textes bibliques

   Venons-en au cœur du problème. Voyons ensemble ce qui fait dire à certains que les textes bibliques sont corrompus et falsifiés. Voici quelques-un des textes :

« Eh bien, espérez-vous [Musulmans] que des pareils gens (les Juifs) vous partageront la foi ? alors qu’un groupe d’entre eux ; après avoir entendu et compris la parole d’Allah, la falsifièrent sciemment. »

Sourate Al-Baqarah 2.75

« Ou dites-vous qu’Abraham, Ismaël, Isaac et Jacob et les tribus étaient Juifs ou Chrétiens ? – Dis : « Est-ce vous les plus savants ou Allah ? » – Qui est plus injuste que celui qui cache un témoignage qu’il détient d’Allah ? »

Sourate Al-Baqarah 2.140

« Et il y a parmi eux certains qui roulent leurs langues en lisant le Livre pour vous faire croire que cela provient du Livre, alors qu’il n’est point du Livre ; et ils disent : « Ceci vient d’Allah, alors qu’il ne vient point d’Allah. Ils disent sciemment des mensonges contre Allah.»»

Sourate Al-Imran 3.78

« Ne vous est-il pas parvenu le récit de ceux d’avant vous, du peuple de Noé, des `Aad, des Thamud et de ceux qui vécurent après eux, et que seul Allah connaît ? Leurs messagers vinrent à eux avec des preuves, mais ils dirent, ramenant leurs mains à leurs bouches : « Nous ne croyons pas [au message] avec lequel vous avez été envoyés et nous sommes, au sujet de ce à quoi vous nous appelez, dans un doute vraiment troublant. »

Sourate Ibrahim 14.9

Distinction entre les personnes qui falsifient et le texte lui-même  

   Si on lit attentivement ces textes, on s’aperçoit assez facilement qu’il faut faire une distinction claire et nette entre les personnes qui falsifient (2.75), cachent (2.140), roulent leurs langues/disent des mensonges (3.78) ou ne croient pas (14.9) et les textes eux-mêmes qui ne sont nulle part incriminés.

   Ces quelques versets sous-entendent que la Torah, le Zabur ou l’Injil ne sont pas corrompus mais qu’au contraire certains juifs les tordent (3.78). Dans ces textes, Mohamed reproche aux gens de son époque de ne pas respecter le texte des livres de Dieu, mais en aucun cas il affirme la falsification du texte de la Torah, du Zabur ou de l’Injil. Cela ne se trouve nulle part.

Exemple : le catholicisme   

   Dans toute religion ; qu’elle soit juive, chrétienne ou musulmane, on trouve toujours des personnes qui ne peuvent s’empêcher de tordre les Ecrits, de les interpréter de façon incorrecte. On trouve des exemples chez les Chrétiens mais aussi chez les Musulmans.

   Si on prend l’exemple du catholicisme, on voit qu’il y a un certain nombre de leurs enseignements qui vont au-delà de ce que dit le texte biblique. il s’agit par exemple des représentations (statues), de la vierge Marie, du célibat pour les prêtres, avec lesquelles on ne peut pas être d’accord. Pour autant, le texte de la Torah ou de l’Injil n’a pas été modifié. C’est l’interprétation qui en est faite qui est mauvaise, pas le texte.

   J’espère que ce petit article t’a apporté un éclairage enrichissant et différent de ce que tu as peut-être toujours entendu.